Archives par mot-clé : création

La création mentale

La Vie est simple si on l’observe en tant que totalité et non de manière fragmentée. Dans sa totalité on voit que ce que l’on appelle l’Univers est une forme en mouvement perpétuel, en constant renouvellement, des formes y apparaissent et disparaissent comme dans l’océan des vagues apparaissent et disparaissent.

On peut mentalement diviser la forme universelle en une infinité de formes auxquelles on donne un nom, comme on peut diviser l’océan en une infinité de gouttes auxquelles on peut également donner des noms.

La forme universelle comprend l’espace, le temps, les galaxies, les étoiles, les trous noirs, les planètes, les continents, les forêts, les volcans, les humains, les pensées, émotions, sentiments, ou encore les escargots. Et on peut  même mentalement diviser l’escargot en une infinité de cellules, nerfs, hormones, bactéries, globules rouges, ou blancs, auxquels nous pouvons également donner des noms.

Imaginons que ce sont nos yeux qui observent cette scène. Le mental peut la diviser en d’innombrables formes séparées les unes des autres auxquelles il donne un nom. Il dira par exemple qu’il y a ici, derrière les yeux, quelqu’un s’appelle Nicolas qui observe là-bas deux femmes. Il dira que l’une d’entre elles s’appelle Jocelyne, l’autre Mireille. Nicolas est secrètement amoureux de Jocelyne, 21 ans, étudiante en arts visuels, catholique et, malheureusement pour Nicolas, elle vit avec un certain Kevin. Kevin est athée, travaille dans la finance, adore le tennis et vote plutôt à droite. Mireille quant à elle est thérapeute, s’intéresse à l’ésotérisme, fait du yoga et joue de la harpe. Le mental ajoutera qu’il y a là également le ciel, des nuages, des montagnes enneigées, un lac, des rivières, des arbres, des pierres, de l’herbe, et ainsi de suite à l’infini.

De cette manière le mental crée des images-concepts de tout ce qui est perçu et divise la totalité en une infinité de parties avec lesquels il joue, il prend cela pour la réalité et y croit fermement jusqu’à partir en guerre pour la défendre. Cette création mentale perpétuelle se surimpose sur la Vie et s’y est même substitué, elle génère une réalité virtuelle, un monde dans le Monde. Les pensées jouent sans cesse avec ces concepts-images-croyances et du même coup participent à les renforcer, nous créons ainsi notre propre conditionnement, nous percevons ce que nous croyons et nous sommes ce que nous croyons être.

Le mental est sans cesse changeant, un coup c’est ci, un coup c’est ça, tout peut basculer en lui en l’espace d’une seconde. Il fabrique continuellement de nouveaux concepts, images, définitions, ou bien met les précédents à jour en fonction des événements passés, présents ou qu’il prévoit dans le futur.

Non seulement nous créons et entretenons mentalement la réalité, nous mettons dans des cages conceptuelles tout ce que nous percevons, mais nous avons aussi crée celui ou celle que nous croyons être. Parfois étouffé par sa propre création, le mental veut sortir de sa propre cage et pour cela il crée une autre cage que l’on appelle généralement la spiritualité avec la cohorte d’anges, de démons, cartes, pratiques, stages, séminaires, psychologues, thérapeutes, gurus ou chamanes.

En étant simplement conscients de ce processus en nous, la création mentale s’effondre et il ne reste plus que l’Esprit dans sa pureté originelle, mystérieux, merveilleux, infini, les formes que nous percevons retrouvent leur unité, leur liberté, leur nature lumineuse, leur essence commune.

Essence

Sur cette sublime planète la plupart des humains parlent d’amour en parlant d’exploitation mutuelle, de possession, de jalousie, de désir, d’attirance, de sexe, d’attachement, de manque, de peur de perdre, de ne pas être au centre de l’attention de l’autre, d’en exiger quelque chose, ou bien on aime l’autre pour une ou des raisons particulières, tout cela n’a rien à voir avec l’amour.

L’amour ne demande rien du tout, il est, il rayonne, ne choisit pas, agit avec sa propre intelligence, en dehors de l’activité mentale, dans l’amour il n’y a ni autre ni soi.

pink-flowers-wallpaper

L’amour est l’intelligence suprême, et de cette intelligence jaillit une action spontanée débordante d’une chaleur lumineuse qui imprègne l’être dans sa totalité, une action dégageant une énergie fluide, douce, lumineuse, légère, harmonieuse, pleine de joie et d’humour, une intelligence infiniment au-delà de la pensée, de la morale, de l’éthique et de tout ce que le mental peut concevoir comme convenable.

Être-Amour est notre pure essence, notre nature, et cette nature peut atteindre une intensité impensable, inimaginable, où l’énergie coule à flots,  d’une richesse infinie, d’une subtilité divine, d’une sensibilité extraordinaire, explosant de vie dans le présent, complètement libérée du passé ou du futur, qui ne veut rien, qui ne désire rien, qui ne cherche rien, qui ne s’identifie à rien, dans laquelle tout est un et sacré, frais, nouveau, lumineux et exquis, un ravissement infini et éternel que rien ne peut égaler ni corrompre.

Libres et responsables

L’Esprit Infini dans lequel tout l’Univers est contenu…tout l’Univers est contenu et crée en ce moment à l’intérieur de l’Esprit Infini et Parfait de Dieu.

galaxie

La perfection n’engendre que la perfection et tout est parfait tel qu’il est. L’ignorance de cette perfection absolue est due à notre manque de conscience. Notre manque de conscience est lié à notre état énergétique, à notre manque de sensibilité, à notre façon de vivre, à notre état d’être.

Étant nous-mêmes l’Esprit dans sa propre création, et pouvant participer à l’intérieur de notre propre création au travers d’une infinité d’êtres qui ne sont séparés qu’en apparence, si notre création ne nous plait pas, nous avons la possibilité de la changer.

L’Esprit, quant à lui, crée imperturbablement et de la manière la plus parfaite qui soit l’infinité des mondes pour l’infinité des êtres qui peuplent l’Univers, qui ne sont autre que lui-même, puisqu’il n’y a rien d’autre que lui-même.

Lorsque notre conscience-énergie s’élève, que notre cœur est pur, sincère, nous nous synchronisons avec l’Esprit et les trésors infinis de la création se dévoilent à nous, une beauté infinie qui se renouvelle et qui nous émerveille sans cesse. Nous vibrons alors de tout notre être ébahis par l’absolue perfection du chef d’œuvre qu’est la Vie, et aucun effort n’est requis, tout se fait spontanément, sur le moment, avec une énergie lumineuse, légère, sans fatigue, naturellement, par enchantement.

Nous pouvons nous élever et voir l’absolue beauté du monde, ou nous maintenir dans un état de conscience-énergie congestionné dans lequel nous ne voyons que nos propres projections. Nous sommes totalement libres et responsables, libres même d’être stupides, libres de détruire notre environnement, qui n’est autre que nous. Tout ce que nous faisons à notre environnement nous le faisons à nous, l’environnement est nous, tout ce que nous faisons à un autre nous le faisons à nous-mêmes, il n’y a pas de je, il n’y a pas d’autre, aussi farfelu que cela puisse paraitre.

Pleurer d’amour

Pleurer d’amour envers cette vie qui nous aime infiniment. Dieu nous soutient à chaque instant, il est toujours là pour nous.

Il nous envoie des signes tout le temps, il suffit d’écouter, de voir, et tout nous enseigne comme par magie. C’est une intelligence infinie qui conspire à notre épanouissement.

Je viens de prendre conscience, encore une fois, de cet amour, de cette Présence qui est toujours là pour nous, et j’ai pleuré d’amour, de gratitude.

Peu importe qui nous soyons, quoi que nous fassions, nos erreurs, nos succès, Dieu inonde d’amour et soutient tous les êtres. Il se manifeste tout le temps, n’importe où, à travers n’importe quoi, n’importe qui, avec un amour sans condition, un amour infini, éternel, gratuit, heureux, joyeux, lumineux, et avec plein d’humour. Et en même temps il s’efface et laisse toute la place à sa création, bien qu’Il soit tout ce qui est.

Mystère

Je n’existe pas vraiment, j’ai le sentiment d’exister mais fondamentalement il n’y a pas d’individus, il n’y a personne. A la base il y a un espace infini, comme un point qui est « Rien » et « Infini » simultanément, qu’on ne peut mesurer, sans limites. Je dirais que la « substance » de la vie est Esprit, Intelligence, Amour, Joie, Énergie, Paix, Perfection, création perpétuelle, potentiel créatif Infini, tout cela mixé en un, si j’ose dire.  J’insiste sur le mot « infini », parce que c’est d’une intensité impensable, à tomber en extase, à pleurer de joie, qui va bien au-delà de notre vocabulaire, de notre cerveau, c’est inimaginable à quel point la Vie est extraordinaire, parfaite. Imaginez le monde le plus parfait que vous puissiez imaginer, et multipliez cette perfection à l’Infini, c’est ça la Vie.

espace

Alors, qu’est-ce que la Vie ? Qu’est-ce que ça fait là? Comment ça se fait que ça existe? Comment est-ce possible? Je n’en sais strictement rien, je n’y comprends rien, mais alors rien du tout, et le fait de ne pas le savoir est une source infinie d’étonnement, d’émerveillement.

Je parlais de potentiel créatif infini, de création perpétuelle. Oui, c’est comme un artiste dont on ne voit pas le pinceau, un tableau qui se crée devant nous et en nous, constamment, comme par magie, sans que nous voyons le peintre, c’est ça Dieu, c’est l’artiste « invisible ». Dieu est la vie, le créateur et sa création. Nous sommes la vie, nous sommes Dieu dans sa création et nous pouvons également créer dans la création, la vie est comme un terrain de jeu avec une infinité de possibilités que l’Artiste vit en jouant à être plusieurs, nous sommes totalement libres et responsables de nos actes. Je dois encore avoir les notes que j’avais écrites suite à cette vision, je vais essayer de les retrouver.

En fait, l’Artiste n’est pas du tout invisible, il est tout ce qui est, absolument tout. Dans nos états de conscience standards, figés, congestionnés, formatés, sclérosés, nous ne le percevons pas, nous vivons pour la plupart dans un monde d’objets, de matière, il y a les autres et moi flottant sur un caillou dans l’espace où la vie est apparue par hasard suite à une explosion, rires, mais uniquement sur ce caillou, nulle part ailleurs dans l’infini, ou peut-être mais on ne l’a pas encore découvert, et puis on va mourir alors on s’en fout, après moi le déluge. C’est un peu la pensée dominante, le non sens de cette époque.

C’est simple, par exemple, je viens d’aller pisser; Dieu est « je », la pisse, les toilettes, le papier cul, la pièce, l’odeur, les sons que j’entends, la chaise sur  laquelle je suis assis en ce moment pour taper ce texte, l’écran, les cellules dans mon corps, l’air que je respire, le tram qui passe, les gens dans la rue, mon patron, ma famille, mes amis, le soleil, le ciel, les pigeons qui volent, le mégot de cigarette par terre, tout est Dieu, tout est l’Artiste, absolument tout. Cette Présence qui est tout peut se révéler à nous n’importe quand, il n’y a rien à chercher, en cherchant on finit par découvrir qu’il n’y a rien à chercher, que tout est là où nous sommes, en ce moment. Dieu, l’infini, l’artiste, l’amour est ici et maintenant, toujours. La création est ici et maintenant, toujours, c’est maintenant que ça se crée, que la magie a lieu, la création est mouvement, tout change constamment, maintenant. Les formes changent, les apparences, les corps, mais pas l’Artiste qui est pure perfection Infinie.

Maintenant observez votre respiration, votre cœur qui bat, les milliards de cellules qui vivent en vous, regardez les objets et les êtres qui vous entourent, ce fruit qui a mûri par amour pour vous, l’amour est partout, la vie grouille de partout ! Puis laissez vous transporter, imaginez la richesse sur cette Terre, cette abondance partout, dans toutes les dimensions où d’autres êtres grouillent comme ici… puis le système solaire, puis la galaxie, et les milliards de galaxies, et encore au-delà, de l’infiniment grand à l’infiniment petit, c’est juste à tomber par terre la vie, à tomber par terre… la vie est une célébration cosmique, une fête divine permanente d’amour et d’abondance, elle se donne totalement sans restrictions, sans réserve, la vie est une explosion permanente d’amour, de beauté, de richesse, pour l’infinité des êtres, une célébration divine.

J’ai le sentiment qu’il n’y a ni espace ni temps en réalité, que rien n’existe vraiment en tant que tel. Je dirais même que « tout ce qui est » « est dans l’Esprit », dans ce « point » qui est potentiellement rien et infini à la fois. Ce « point » n’est pas localisé quelque part, disons plutôt qu’il est partout et nulle part simultanément. La vie est le rêve de Dieu en quelques sortes, l’œuvre de l’Artiste, la projection de l’Esprit. Je ne trouve pas les mots pour décrire cela, mais c’est comme si c’était un rêve. Quand on rêve, il y a aussi un espace, un temps, des personnages, des histoires, des émotions, des sensations. Ce rêve est dans notre esprit, c’est une création de l’esprit. La vie est la même chose, c’est la création de l’Esprit de Dieu. Dieu, le créateur du rêve.

Alors, tout ceci n’explique rien, c’est un tour de magie inexplicable, de la magie pure, un mystère merveilleux que je m’amuse à décrire pour le plaisir de la découverte. Et plus on le découvre, plus on se rend compte à quel point c’est génial, c’est tout, c’est comme si mes yeux étaient sans cesse émerveillés par la vie, que tout était toujours remis à zéro quelque part, une perception toujours neuve, fraîche, vide du passé et du futur, dans laquelle on a l’impression de ne jamais rien savoir, d’être fragile comme un bébé.