Archives par mot-clé : énergie

Libres et responsables

L’Esprit Infini dans lequel tout l’Univers est contenu…tout l’Univers est contenu et crée en ce moment à l’intérieur de l’Esprit Infini et Parfait de Dieu.

galaxie

La perfection n’engendre que la perfection et tout est parfait tel qu’il est. L’ignorance de cette perfection absolue est due à notre manque de conscience. Notre manque de conscience est lié à notre état énergétique, à notre manque de sensibilité, à notre façon de vivre, à notre état d’être.

Étant nous-mêmes l’Esprit dans sa propre création, et pouvant participer à l’intérieur de notre propre création au travers d’une infinité d’êtres qui ne sont séparés qu’en apparence, si notre création ne nous plait pas, nous avons la possibilité de la changer.

L’Esprit, quant à lui, crée imperturbablement et de la manière la plus parfaite qui soit l’infinité des mondes pour l’infinité des êtres qui peuplent l’Univers, qui ne sont autre que lui-même, puisqu’il n’y a rien d’autre que lui-même.

Lorsque notre conscience-énergie s’élève, que notre cœur est pur, sincère, nous nous synchronisons avec l’Esprit et les trésors infinis de la création se dévoilent à nous, une beauté infinie qui se renouvelle et qui nous émerveille sans cesse. Nous vibrons alors de tout notre être ébahis par l’absolue perfection du chef d’œuvre qu’est la Vie, et aucun effort n’est requis, tout se fait spontanément, sur le moment, avec une énergie lumineuse, légère, sans fatigue, naturellement, par enchantement.

Nous pouvons nous élever et voir l’absolue beauté du monde, ou nous maintenir dans un état de conscience-énergie congestionné dans lequel nous ne voyons que nos propres projections. Nous sommes totalement libres et responsables, libres même d’être stupides, libres de détruire notre environnement, qui n’est autre que nous. Tout ce que nous faisons à notre environnement nous le faisons à nous, l’environnement est nous, tout ce que nous faisons à un autre nous le faisons à nous-mêmes, il n’y a pas de je, il n’y a pas d’autre, aussi farfelu que cela puisse paraitre.

Le feu intérieur

Énergie qui jaillit de l’intérieur, avec plus ou moins d’intensité, un feu inextinguible, un amour infini, il n’y a aucune raison à cet amour, aucune raison à ce feu, rien ni personne n’est la source de cette énergie.

C’est un peu comme quand nous sommes amoureux ou passionnés ; notre énergie est décuplée, lumineuse, pétillante, heureuse, radieuse, mais elle dépend de quelqu’un ou de quelque chose.

Là non, aucune raison, aucune idée, aucun être, aucune passion n’est la source de cette énergie, nous sommes la source sans cause, et cette source est pure joie, pur amour, une chaleur légère, bienfaisante, drôle, libre, chaleureuse, comme un soleil intérieur.

space-sun-yellow-light

Il y a parfois comme une urgence à déverser cet amour tellement il est fort, il se manifeste alors spontanément, par n’importe quel moyen ; prendre quelqu’un dans ses bras, faire rire, alléger une ambiance lourde, faire un bisou, un massage, donner de l’attention, servir, engager une conversation, partager un moment sans bavardages en appréciant silencieusement la compagnie d’autrui, faire une promenade, travailler, jouer, chanter, danser… tout est bon pour le déverser.

Les objets, les êtres, les animaux, tout ce sur quoi notre regard se porte est rempli d’amour, nous sommes cet amour, nous sommes cette lumière, nous sommes cette intelligence, tout est cela.

Fréquence

J’avais déjà écrit que le monde est un reflet de notre état d’être, d’où l’importance de l’énergie, de la vitalité.

Par exemple, le texte de Krishnamurti que j’ai mis en ligne ce matin. Dépend notre état, ce texte sera peut-être trop intellectuel, il va parler à certains, moins à d’autres, on sera plus ou moins pressés de le lire. Il y a plusieurs niveaux de lecture et ce que je peux dire c’est que Krishnamurti devait être dans une fréquence très haute pour faire ce discours avec une telle précision, ça me sidère. On peut se dire que tout ça est très mental, mais c’est parce qu’il faut bien utiliser des mots. En fait il partage son état d’être au moment même ou il parle, c’est bluffant. Hier je l’ai écouté sans le moindre effort, les mots coulaient en moi et je vivais totalement ce qui était dit. J’avais beaucoup d’énergie, mon esprit état complètement calme, je gambadais dans les rues en planant, comme découvrant le monde pour la première fois, un monde au-delà de ma personne, un monde frais, infiniment beau et riche.

Aujourd’hui encore j’étais en extase en me promenant, voyant tous ces passants, toute cette richesse partout, ces mouvements, ces enfants, ces gens, ces sons, les odeurs, le ciel, une richesse infinie. La vie grouille de partout, de partout, c’est extraordinaire.

L’énergie monte et descend, la fréquence monte et descend, et en fonction de cela notre perception du monde change également. Donc qui suis-je finalement ? Je suis un esprit dont l’état varie en fonction de l’énergie. Je suis personne, vivant, quand il n’y a plus de pensées, aucun but, aucune recherche, aucune direction, aucune agitation, plus rien, c’est là qu’on est vraiment en vie, totalement attentifs au présent.

Quand l’énergie est totalement rassemblée dans le présent, qu’on savoure tout ce qui est en ce moment sans interférence, calmement, le monde et sa beauté infinie se dévoile à nous. Quand nous sommes morts à nous mêmes, nous sommes vraiment vivants, jouissant jusqu’aux larmes d’être en vie.

Tout est parfait, vraiment parfait. Énergie, pas d’énergie, perdus dans nos pensées ou pas, peu importe, tout ça fait partie du jeu. Seulement quand la fréquence est basse, on ne se rend pas compte de tout ça, quand elle monte et qu’on se dégage de tout, de notre petite personne, là tout est vu comme une merveille, comme un trésor inestimable.

Parfois on doit aller dans les fréquences basses, se perdre, expérimenter la tristesse, la colère et tous les sentiments des basses fréquences pour apprendre, comprendre, voir des choses, s’ouvrir à des réalités qu’on n’aurait pu voir autrement. Et le fait de plonger dans les basses fréquences pour ensuite remonter dans les hautes fréquences qui s’élèvent jusqu’à l’infini nous permet de mieux comprendre nos autres nous-mêmes, d’avoir plus d’ouverture, plus de patience, plus d’amour envers nos autres versions de nous-mêmes.

Tout est parfait, il n’y a aucun doute là-dessus, la moindre chose qui nous arrive peut-être vue comme une possibilité de s’éveiller, de s’élever. Ensuite ça prend plus ou moins de temps de sortir des basses fréquences, peut-être toute une vie, ou plusieurs vies, va savoir, mais l’essentiel est d’être patient, tranquille, de s’observer, de prendre soin de soi, de rayonner par nous-mêmes, d’être attachés à rien ni personne, libres, être une petite bougie dans ce monde, tenir dans nos bras quelqu’un qui pleure, écouter, partager, et augmenter la fréquence de nos proches rien que par notre présence.

Nous nous éveillons les uns les autres finalement, même quand quelqu’un nous titille les nerfs, il participe à notre éveil. Si nous restons calmes, nous allons l’éveiller, il va se poser des questions, se rendre compte de son état. Si nous nous énervons, il va se aussi poser des questions, se remettre en question et nous aussi, plus ou moins vite, tôt ou tard, ce n’est qu’une question de vitesse de prise de conscience. Tout ce qui arrive est parfait, les possibilités sont infinies.