Archives par mot-clé : histoires

Ce qui est

Dans le fou qui parle dans la rue la nuit, dans le tram le matin, dans les abeilles qui butinent les fleurs, dans le ciel, les nuages et les montagnes, dans la lune et dans tes yeux, ce n’est que Dieu que je vois.

Qu’est-ce qu’il y a à dire là ? Puisqu’il n’y a rien, personne, pas d’histoires, pas de problèmes, rien qui se passe, que la pureté et la splendeur infinie de l’Être.

En surface, ça bouge, ça fait ceci ou cela, spontanément, sans quelqu’un qui le fasse, et tu vois tout, émerveillé, il n’y a que béatitude, un silence sacré.

Mais les guerres tu me diras, et toutes les horreurs du monde ? Ce n’est que le mental qui essaie de te ramener à ce qui n’est pas.

Que reste-t-il ?

Que reste-t-il de toutes nos histoires ? Rien. On revient toujours à rien, sans désir, sans attachement, sans passé, sans futur, il reste cette présence lumineuse, rayonnante, joyeuse sans raison.

Des souvenirs qui ne sont plus, des mirages qui sont apparus et qui se sont évanouis. La pensée perpétue nos histoires, leur donne une continuité, les ravive sans cesse, les entretient.

Intérieurement et extérieurement tout change constamment, tout est en mouvement, sauf l’esprit, après tout il n’y a que l’esprit, il ne reste que l’esprit et on revient toujours à l’esprit, à cette présence radieuse, il n’y a rien d’autre que cela.

goutte_fond_vert

Les histoires s’évanouissent, nos créations mentales s’écroulent, mais on en crée toujours de nouvelles pour se distraire de cette présence, va savoir pourquoi, faut croire qu’on aime ça quelque part, on aime se perdre et se retrouver peut-être, s’agiter pour du vent… mais on revient toujours à rien, au présent, à la présence pure, lumineuse, pleine de clarté, d’énergie, d’amour, de vie.

Peu importe ce qui arrive, tout est toujours neuf, tout est toujours frais, tout est toujours pur, il ne reste que le sourire intérieur, la joie d’être, l’amour et la plénitude de l’esprit.