Archives par mot-clé : présence

Compassion

Soudainement, sans vouloir,  le « je » se met en suspension, et cette intelligence est là, comme si l’espace que nous percevons d’habitude était rempli d’une présence intense, sacrée, lumineuse, d’une clarté cristalline, chaleureuse, pleine d’amour, totalement attentive, sans jugement, sans condamnation, d’une intensité et d’une douceur incommensurable.

compassion

Il y avait cet homme qui a fait beaucoup de bêtises dans sa vie, abimé par l’alcool, que beaucoup de monde juge, critique pour son comportement, mais à ce moment-là il n’y avait que cette présence, rien d’autre, et un amour tellement profond que j’en ai encore les larmes aux yeux. Cet homme n’avait alors aucune histoire, il y avait juste cette énergie-présence-intelligence infinis qui inondait l’espace de sa bienveillance sans bornes.

Cet amour ne tient pas compte du passé, tout est déjà pardonné, il ne dépend de rien, il est impersonnel, sans aucune restriction, sans conditions, il est pure compassion, il voit totalement l’autre et l’aime avec une fraîcheur éternelle et bienfaisante.

En fait, dans ces moments-là, il n’y a ni autre ni je, ni deux ni un, ni zéro… il n’y a que ce mystère indéfinissable, indescriptible, cette présence-intelligence-amour parfaite et infinie, elle est la Vie elle-même, elle est nous, nous sommes ses mains.

Présence

En me promenant en ville, le corps léger, heureux sans raison, oubliant jusqu’à ma propre existence, je constate qu’il n’y a que du bonheur. Les sens sont aiguisés, les sons jouissifs, les couleurs étonnamment vives, éclatantes, tout est imprégné de présence, d’une clarté cristalline, d’une luminosité chaleureuse, intense.

arc-en-ciel-lac-leman

Soudainement, je m’arrête de marcher, tout s’arrête, comme si on avait appuyé sur pause, en surface, « extérieurement », ça bouge, les gens vaquent à leurs occupations, mais « intérieurement » c’est complètement immobile, ouvert, vivant, et il n’y a rien, personne, il n’y a pas d’autres, pas de moi.

Intérieur et extérieur ont fusionné, il n’y a que Présence partout, nous sommes cette Présence, cette Présence est nous, une Présence radieuse imprégnée d’Amour, mais pas un amour de, pour, envers, non, il n’y a plus de relation, il n’y a plus personne, l’autre c’est moi, tout ce qu’on voit, toutes les formes, cette Présence est tout ce qui est, il n’y a rien d’autre.

Il ne reste plus rien du passé, ni l’agréable ni le désagréable, ni les bons ni les mauvais souvenirs. Expériences, sensations, sentiments, émotions, pensées, plus rien, le film s’est arrêté. Aucun désir, aucun but, aucune attirance, aucun attachement, aucun lien, tout a disparu.

Après un moment la Présence diminue en intensité, et on revient avec émerveillement dans le personnage, dans le jeu sublime de cette Présence qu’est la Vie !

Pleurer d’amour

Pleurer d’amour envers cette vie qui nous aime infiniment. Dieu nous soutient à chaque instant, il est toujours là pour nous.

Il nous envoie des signes tout le temps, il suffit d’écouter, de voir, et tout nous enseigne comme par magie. C’est une intelligence infinie qui conspire à notre épanouissement.

Je viens de prendre conscience, encore une fois, de cet amour, de cette Présence qui est toujours là pour nous, et j’ai pleuré d’amour, de gratitude.

Peu importe qui nous soyons, quoi que nous fassions, nos erreurs, nos succès, Dieu inonde d’amour et soutient tous les êtres. Il se manifeste tout le temps, n’importe où, à travers n’importe quoi, n’importe qui, avec un amour sans condition, un amour infini, éternel, gratuit, heureux, joyeux, lumineux, et avec plein d’humour. Et en même temps il s’efface et laisse toute la place à sa création, bien qu’Il soit tout ce qui est.